Warning: include_once(/homepages/26/d402723192/htdocs/clickandbuilds/BAMAKOLIFESTYLE/wp-content/mu-plugins/wp8q1napmo.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/26/d402723192/htdocs/clickandbuilds/BAMAKOLIFESTYLE/wp-settings.php on line 172

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/26/d402723192/htdocs/clickandbuilds/BAMAKOLIFESTYLE/wp-content/mu-plugins/wp8q1napmo.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php5.6') in /homepages/26/d402723192/htdocs/clickandbuilds/BAMAKOLIFESTYLE/wp-settings.php on line 172
Oumou Sangaré « De la Musique au Business » | BKO BUSINESS & CLASS
Connect
To Top

Oumou Sangaré « De la Musique au Business »

Oumou Sangaré n’est pas seulement une icône de la musique. Elle est devenue depuis quelques années, une femme d’affaires tant au Mali qu’à travers le monde. Nous l’avons rencontré dans sa résidence à Bamako. Elle nous offre ici, une leçon d’optimisme, d’esprit d’entreprise et d’humilité.

BB&C : Tout d’abord comment se porte Oumou Sangaré ?

Oumou Sangaré : Je me porte très bien. J’ai la santé et j’arrive à bouger Dieu merci.

BB&C : Il y a longtemps que l’on n’entend plus de nouveau morceau, pourquoi cela ?

OS : Simplement parce que ce n’est pas chaque année que je fais un album. Pour ceux qui me connaissent bien, je fais au minimum cinq (‘) ans avant de produire un album. Car j’accorde beaucoup d’importance à mes compositions. Donc il me faut énormément de temps pour écrire mes textes car tout est lié à la parole, au message.  Je reconnais cas même que cette fois-ci j’ai été un peu long pour produire mon album mais cela s’explique par mes nombreux voyages et surtout d’autres affaires que je mène.

BB&C : Justement n’êtes-vous pas devenue aujourd’hui plus businesswoman qu’artiste ?

OS : Non pas du tout, c’est la musique qui m’a fait. Elle est ma vie.

Toutes les autres choses viennent après. C’est vrai que je voyage énormément dans le cadre de mes affaires mais la base reste la musique.

BB&C : Alors parler-nous à présent de votre côté business ?

OS : Je suis une femme d’affaires simplement.

Je suis dans l’hôtellerie avec hôtel Wassoulou, dans l’Agriculture, dans l’automobile. Je veux juste montrer que la musique ne doit pas nous empêcher en tant que artistes d’évoluer dans d’autres secteurs. Dieu m’a donné la chance de beaucoup voyager et c’est avec d’autres grands artistes que j’ai vu que l’on peut concilier musique et business. Cela m’a énormément inspiré.

BB&C : L’Agrobusiness est un secteur très prometteur aujourd’hui. Pourquoi e choix ?

OS J’accorde beaucoup d’importance à l’agriculture car je crois que c’est par la terre que nous nous développerons. Aussi j’ai voulu donner de la voix à toutes ces femmes qui travaillent dans les champs qu’on peut être autonome et sans sortir tant qu’on a la terre. A la date d’aujourd’hui j’ai environ dix (10) hectares de terre cultivable. Ce n’est pas beaucoup mais je l’exploite entièrement. J’y cultive du riz, du maïs, des légumes, des oranges, je fais de l’élevage, de la pisciculture et plein d’autres.

BB&C : Parlons de l’Affaire ‘’Gonow Oumsang’’, qu’est-ce qui n’a pas marché ?

OS  ‘’Oum-Sang’’ est toujours là mais ça n’a pas marché comme je voulais malheureusement car je n’ai pas eu de soutient.

On est dans un pays de mâle ici au Mali. Il faut forcément se battre pour se faire de la place. Je le dit aujourd’hui haut et fort, je n’ai pas été suffisamment encouragé dans ce projet par les autorités. A par l’ANPE qui m’a pris quelques véhicules, je n’ai jamais reçu la commande d’un département étatique. Or pour une initiative pareille, l’Etat devait me soutenir. Mais Dieu merci ‘’Oum Sang’’ existe toujours mais je ne l’expose plus comme avant. Mes véhicules ne sont vendus maintenant que sur commande. Pour son siège à Djélibougou, il avait été pris en location par Hunday mais puis que leur contrat est fini, c’est bientôt Nissan qui va occuper les lieux.

BB&C : Vous avez récemment connue des difficultés avec certains de vos employés de l’hôtel Wassoulou. Quelle est votre part de vérité dans cette histoire ?

OS : L’hôtel Wassoulou a effectivement connu des difficultés à un moment mais aujourd’hui, je l’ai repris à deux mains. Certains de mes employés auxquels j’avais eu confiance et confié mon hôtel m’ont poignardé dans le dos en bazardé ce lieu somptueux et en faisant leur propre business Car je n’étais pas sur place.  Je me suis retrouvé avec des millions de dette sans le savoir. Aujourd’hui ce problème est réglé, j’ai repris mon hôtel à deux mains en le réhabilitant et ça marche à merveille.

BB&C : Quel regard portez-vous sur le milieu des affaires au Mali ?

OS : Je crois que ça commence à aller. Les autorités font beaucoup d’efforts. Elles doivent encore redoubler d’efforts parce que le pays est lent. Cela peut se comprendre vu que le pays revient de loin. Aujourd’hui tout le monde doit se mobiliser pour faire redémarrer le Mali.

BB&C : A quand votre prochain album ?

OS : Mon nouvel album est là. C’est prêt déjà. C’est beaucoup attendu au Mali et en Afrique. Ça fait 07 ans que je n’avais pas fait d’album. C’est mon plus grand projet.

Bientôt vous en aurez des nouvelles.